L’Auto-entreprise, limitée à 2 ans, prend officiellement son rôle de tremplin.

On aurait vraiment pu s’attendre à quelque chose de plus intelligent de la part d’une fille d’entrepreneurs. Quelle déception !

Il y a quelques semaines j’ai abordé la possible limitation de la durée de vie d’une auto-entreprise. Dans cet article, je partageais mon point de vue à ce sujet. En effet, l’auto entreprise a été un tremplin pour me permettre de développer mes activités mais la marche est rude et une fois dans la « cours des grands », on est en compétition avec les petits, non assujettis à la TVA et payant deux à trois fois moins de charges. C’est un coup à ne pas survivre. Vraiment.

Hé bien d’après les echos, cette limitation est à présent officielle et l’autoentreprise ne pourra pas durer plus d’un an si un certain plafond est dépassé deux années de suite. Ce plafond est de 19K€ pour les prestataires et 47.5K€ pour les commerçants.

C’est une nouvelle accueillie de manière mitigée parce qu’elle ne permet pas totalement de satisfaire tous ceux qui en avaient leur claque de la concurrence déloyale, provoquée par des bricoleurs du dimanche qui voyaient en l’AE une bonne manière de déclarer leur black à moindre coût.

J’aurai préféré voir :

  • Un assujettissement obligatoire à la TVA, dès le premier euro OU interdiction de facturer les particuliers.
  • un régime de transition où les cotisations augmentent progressivement jusqu’à 45%, en fonction du  C.A. réalisé.
  • Un basculement au réel simplifié passé un certain CA annuel

Et vous, êtes vous satisfait ou indigné ?

2 réponses à “L’Auto-entreprise, limitée à 2 ans, prend officiellement son rôle de tremplin.

  1. JY

    Ce qui est débile, c’est le plafonnement du montant. Une auto entreprise de services à 19k de CA annuel… Le type qui dépasse, il va passer à 15% de cotisations à 45% + formalités de créations + compta plus lourde + TVA… le choc risque d’être dur.

    J’ai un projet que je veux tester, je pensais à l’auto-entreprise… mais sur ces montants là c’est mort.

    Les pistes que tu évoques, notamment sur la TVA sont bonnes. Je proposerai aussi sur les EI, SARL… de commencer à payer des cotisations proportionnellement au CA, au lieu d’une base forfaitaire disproportionnée avec régularisation par la suite.

    Le principe de tu gagnes, tu paies… c’est mieux au démarrage que tu paies, mais tu essaies de gagner, puis si tu gagnes pas assez ben on t’en redonne un peu, mais pas tout car il y a un minmum quand même…

  2. Aurelien Morillon (auteur de l'article)

    Il faut dépasser 19K€ deux années de suite, donc ça reste accessible.
    A toi de faire le nécessaire pour anticiper les charges montantes dans ton chiffrage la deuxième année.
    Ca t’entrainera à vendre en utilisant d’autres arguments que ceux du positionnement tarifaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *