Aurélien Morillon - Consultant Formateur professionnel webMarketing

PageRank : Outil magique pour plumer les petits nouveaux ?

-

Le 21 mai 2010 - Mots-clés : , , , , , , , , ,

Bien que le pagerank soit mort et enterré depuis longtemps, dixit certains et même d’autres, il est paradoxalement toujours présent dans l’esprit de nos amis les référenceurs. Pourquoi décrient-ils cet indicateur sur les forums les plus réputés du web, alors qu’ils tiennent un tout autre discours derrière leur client de messagerie ?

Dis Papa, pourquoi les référenceurs, ils font le contraire de ce qu’ils disent  ?

Crédits photo : Robert Doisneau

  • Le PageRank, C’est la valeur la plus simple qu’on puisse trouver. Une page = Une note.
  • C’est marrant d’en expliquer le principe aux novices : Ils ne comprennent rien et on passe pour des génies.
  • Après l’explication, le novice se sent plus intelligent : Il peut montrer son gros page rank à ceux qui en ont un tout petit.
  • Le novice est content d’avoir son lien sur un PR6 partagé avec 250 autres liens.

En bref, c’est un raccourci de fainéant et un bon moyen de plumer les petits nouveaux !

Quelques chiffres : Sur 10 échanges de liens, 7 de mes interlocuteurs me parlent de PR.
Et pour ceux qui ne m’en parlent pas, 2 choisissent des pages à fort PR ;-)

Fun non ? Poursuivons

Parlons-en … du PageRank

Ils viennent de découvrir le pageRank

Dans le cadre d’un échange de lien, on échange des points. Les techniciens parleront de « Jus ».
Les experts, quant à eux, se fichent déjà pas mal du jus …

Or échanger des liens entre deux pages ne sert à rien, sauf à voler l’autre. Démonstration :

Si une page A donne 1 point  à la page B et que B rend 1 point à la page A,  c’est une opération blanche.
Sinon du plaisir, la seule chose à gagner dans cet échange de jus, ce sont les microbes de l’autre.
(Faites des liens entre votre site de puériculture et des sites de casino et vous verrez de quoi je parle)

Pour qu’un échange de lien fonctionne, il faut absolument faire varier les plaisirs :

Une page A doit lier une page B qui doit lier une page C. Cette pratique s’appelle un échange triangulaire. Il permet de rediriger le jus vers les pages vraiment utiles.

Google aime de moins en moins les copinages qui font légion sur la toile. Pour cette raison, on pratique des moyens détournés pour brouiller les pistes :
Les pages A et C appartiennent à deux sites différent, c’est mieux. Si les deux sites sont sur deux serveurs différents, c’est encore mieux.

Parlons du Jus (link juice) :


Admettons l’hypothèse  selon laquelle tout ou partie du PR d’une page serait réalloué aux liens sortants, et que le jus, ainsi transmis, soit ensuite partagé entre ces différents liens.

Alors ce sont les pages qui font le plus de liens qui apportent le moins de jus.
Que préférez vous ?
Recevoir 1€ du voisin de palier, ou partager 10€ avec 30 autres, mais donné par le premier ministre en personne ?

Alors au final ? Qui plume qui ? Vous ? Moi ? Le premier ministre ?


 

Réagissez ! Laissez message :

  • Yassine
    11 h 29 le 21 mai 2010 1

    Shuuuuut,
    Il ne faut pas dévoiler tout nos petits secrets.
    Merci pour cet article et hop un lien en nofol…

  • Cedric
    11 h 32 le 21 mai 2010 2

    héhé, et celui qui dit ça, c’est le créateur de l’outil « referrers detective » :)
    Excellent en passant ;-)

  • Aurelien Morillon
    13 h 45 le 21 mai 2010 3

    @Ced > Merci bien ^^ Faudra que je trouve quelques minutes pour l’upgrader ;-)

 

RSS des commentaires