Tricher, profiter et pleurer.

tricher

Si vous trichez, si vous utilisez des raccourcis, pour remonter dans les pages de résultat en faisant fi des Google guidelines, si vous vous faites du typosquatting, si vous faites du keyword stuffing à coup de listes de mots clés ou d’articles de piètre qualité, ça peut marcher !

Ça marchera peut-être un temps, mais même les meilleurs référenceurs black hat font des erreurs. Combien de noms de domaines et adresse IP sacrifiés avant d’obtenir une technique « furtive » ? Et combien de temps cette technique le restera-t-elle ?

Tôt ou tard, vous vous ferez prendre. Et la chute sera dure. Les gains auront-ils justifiés le temps et les moyens mis en oeuvre pour tricher ?

Saurez vous encaisser la chute, trouver le sommeil et rebondir sans sourciller ?

Si vous aviez employé ces ressources à la construction d’un site propre sous tous rapports, sans avoir honte de vos liens, ni de vos contenus… Où seriez vous aujourd’hui ?

3 réponses à “Tricher, profiter et pleurer.

  1. GiB

    C’est peut-être vrai sur le principe, en ligne général… Ensuite il peut y avoir des cas où ça vaut la peine de prendre le risque!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>