Aurélien Morillon - Consultant Formateur professionnel webMarketing

Tricher, profiter et pleurer.

-

Le janvier 30th, 2012 - Mots-clés : ,

Si vous trichez, si vous utilisez des raccourcis, pour remonter dans les pages de résultat en faisant fi des google guidelines, si vous vous faites du typosquatting, si vous faites du keyword stuffing à coup de listes de mots clés ou d’articles de piètre qualité, ça peut marcher !

Ca peut marcher un temps, mais même les meilleurs référenceurs black hat font des erreurs. Combien de noms de domaines et adresse IP sacrifiés avant d’obtenir une technique « furtive » ? Et combien de temps cette technique le restera-t-elle ?

Tôt ou tard, vous vous ferez prendre. Et la chute sera dure. Les gains auront-ils justifiés le temps et les moyens mis en oeuvre pour tricher ?

Saurez vous encaisser la chute, trouver le sommeil et rebondir sans sourciller ?

Si vous aviez employé ces ressources à la construction d’un site propre sous les aisselles, qui n’a honte ni de ses liens, ni de ses contenus… Où seriez vous aujourd’hui ?

 

Réagissez ! Laissez message :

  • GiB
    0 h 02 le 31 janvier 2012 1

    C’est peut-être vrai sur le principe, en ligne général… Ensuite il peut y avoir des cas où ça vaut la peine de prendre le risque!

  • Aurelien Morillon
    9 h 55 le 31 janvier 2012 2

    Il faudrait que tu m’en dises plus ! Tu as des exemples pour étayer ?

  • Abcmoteur
    19 h 31 le 10 février 2012 3

    Je vais dans le même sens, je suis plus pour une construction solide et durable.

 

RSS des commentaires | TrackBack URI